Portrait du porte-avions «Charles de Gaulle», pièce maîtresse de la Marine Nationale

Le porte-avions Charles de Gaulle dans la baie de Naples en 2012. ©CucombreLibre

Mis en service le 18 mai 2001, le porte-avions Charles de Gaulle demeure l’unique bâtiment de combat de surface à propulsion nucléaire construit en Europe. Il assure ainsi à la France une place non négligeable sur les mers comme dans les airs. Pourtant, comme l’a annoncé le ministère des Armées vendredi 17 avril, mille-quatre-vingt-un marins de son équipage ont été testés positifs au coronavirus, ce qui a contraint les mille neuf cent dix membres d’équipage à rejoindre le port de Toulon avec onze jours d’avance. Immobile, le bâtiment majeur de la Marine nationale française soulève plus que jamais l’éternelle question de son remplacement.

 

Un géant français aux caractéristiques extraordinaires

Indicatif R91.  Le Charles de Gaulle est un bâtiment de classe CATOBAR, Catapult Assisted Take Off But Arrested Recovery, statut qu’il est le seul à partager avec les porte-avions de construction américaine, tout en restant nettement moins imposant. Ce sont pourtant les dimensions qui alertent à la vue de ce monstre de fer et d’acier. Mesurant deux-cent-soixante et un mètres de long, soixante-quatre mètres de large, soixante-quinze mètres de haut et pesant quarante-deux mille cinq-cents tonnes, le Charles de Gaulle représente l’équivalent d’un immeuble de vingt-cinq étages. Avec un pont d’envol de douze mille mètres carrés et deux hangars de stockage et manutention représentant une superficie de quatre-mille-cinq-cents mètres carrés, une capacité de stockage permettant le transport d’un million de pièces de rechange et une logistique de ravitaillement garantissant l’apport de centaines de milliers de pièces, le porte-avions est en réalité une véritable usine. La propulsion nucléaire lui assure, outre une autonomie énergétique de plus de sept ans, une vitesse de près de cinquante kilomètres heure, atteinte en sept minutes, soit moins que les porte-avions français précédents mais permettant le décollage d’avions plus lourds par vent plus fort. Summum de l’excellence, la combinaison du système de stabilisation SATRAP et des deux-cent quarante tonnes de wagonnets métalliques du système COGITE permettent au navire de virer à plat et de compenser toute gêne occasionnée par le déplacement d’avions sur le pont d’envol.

 Car ce sont bien les aéronefs qui sont la pièce maîtresse du Charles de Gaulle. En plus des hélicoptères AS565 Panther et SA.365 dont les larges capacités permettent d’envisager des missions très polyvalentes, le Groupe Aérien Embarqué (GAE) peut atteindre pas moins de quarante aéronefs. Les missions accomplies par le GAE sont diverses : les deux avions de surveillance Hawkeye, développés par le constructeur américain Grumman, permettent un contrôle aérien sur un rayon de cinq-cents kilomètres tandis que les deux hélicoptères NH90 NFH, de construction européenne, sont des garanties de sécurité et de permanence à la mer. L’avion iconique du porte-avions français reste cependant le Rafale M, construit par Dassault Aviation et dont trente à quarante exemplaires peuvent être embarqués. En ces avions réside la véritable arme du Charles de Gaulle : outre ses missions de soutien du sol, d’attaque sur mer, de reconnaissance tactique et stratégique, le Rafale est une arme diplomatique de dissuasion nucléaire.

 

Une arme diplomatique d’importance internationale

 Nous l’avons dit, le Rafale M est une icône. Plus encore, les pilotes du GAE du Charles de Gaulle sont des références aéronavales à l’échelle mondiale, comptant parmi les rares unités capables de réaliser un appontage sur une surface équivalente à un terrain de tennis, soit un passage de deux-cent quarante kilomètres/heure à un arrêt total en moins de quatre secondes. La qualité du groupe aéronaval français ainsi que la seule présence du porte-avions, véritable outil de prestige, permettent à la France d’aspirer à un rang supérieur au sein de la géopolitique mondiale. Car en réalité, la capacité d’un pays à projeter des avions via les océans est en grande partie assurée par la puissance de toute sa flotte : le porte-avions ne suffit pas. Bien que le Charles de Gaulle dispose, pour parer aux menaces, de trente-deux missiles surface-air Aster 15, de douze missiles de courte-portée MISTRAL, de huit canons F2 de 20 mm et quatre mitrailleuses de 12,7 mm, un groupe naval d’escorte doit l’accompagner pour le protéger. Ainsi, le porte-avions est un véritable gage de puissance pour les autres nations, la France s’érigeant comme l’un des rares pays capable d’assurer l’autonomie et le commandement de plusieurs navires hauturiers à plusieurs milliers de kilomètres et d’associer la défense de surface, la protection aérienne et la lutte anti-sous-marine.

Pourtant, on tend à oublier que lors de la Guerre du Pacifique, qui a opposé l’empire du Japon aux Etats-Unis, les porte-avions américains auraient pu disparaître, l’arme atomique étant alors délivrée par les bombardiers, plus autonomes et à long rayon d’action du fait du contrôle américain sur de nombreux îlots du Pacifique. C’est entre 1950 et 1953, alors que les Etats-Unis prennent part à la Guerre de Corée, que le porte-avions devient le nouveau symbole de la présence des forces des Nations Unies, les aérodromes américains étant alors neutralisés. Si depuis lors le porte-avions a été adopté comme pièce maîtresse de la représentation militaire, c’est parce qu’il est un véritable passe-droit. Naviguant dans les eaux internationales, un porte-avions peut ainsi s’affranchir de toute autorisation de survol d’autres pays.  

 

« Un porte-avions, c’est cent mille tonnes de diplomatie »

La célèbre formule de Henry Kissinger est sans appel : la diplomatie moderne passe en un sens par la capacité d’un pays à produire, équiper, escorter et déployer un porte-avions. L’utilité de ce type de navire est pourtant parfois remise en cause par l’évolution du potentiel des missiles de croisière qui permet à une corvette de neutraliser un porte-avions. Cette position est notamment celle qu’affiche la Russie qui multiplie sa production de bâtiments de petit tonnage dotés de missiles aux calibres importants. En réalité, décrier le porte-avions est souvent une pensée pilotée par des motifs économiques. Et pour cause, le coût du successeur du Charles de Gaulle, qui cessera d’être exploité en 2040, est estimé entre cinq et sept milliards d’euros !

La question du successeur du Charles de Gaulle est un long débat, qui est, à l’origine, celui du deuxième porte-avions. Depuis le désarmement en 1997 du tandem formé par les porte-avions Clémenceau et Foch, la succession de ce dernier se fait attendre. Promesse de campagne de Nicolas Sarkozy en 2007, le projet d’un nouveau porte-avions sera éternellement repoussé, François Hollande allant même jusqu’à abandonner les évaluations entreprises depuis 2009.  C’est finalement le 23 octobre 2018 que la ministre des Armées, Florence Parly, a annoncé le lancement de la phase d’étude relative au remplacement du Charles de Gaulle pour les années 2035 ou 2040, estimant ainsi le coût de cette construction à deux-cent vingt-cinq millions d’euros pendant vingt ans. En réalité, la question du deuxième porte-avions est celle du besoin. En effet, pour de nombreux experts, un second porte-avions n’est pas forcément synonyme d’un second groupe aéronaval mais bien d’un groupe aéronaval permanent, l’escorte comme une partie de l’équipage pouvant être les mêmes. Nous l’avons vu en 2017, l’entrée en cale sèche pour dix-huit mois du Charles de Gaulle, un arrêt technique majeur programmé depuis la mise en service du porte-avions il y a plus de trente ans, a privé la France de son navire amiral et d’une forme d’utilisation de l’arme nucléaire.

Face à ce constat glaçant, il convient de se souvenir que c’est une partie de l’indépendance militaire de la France qui est en jeu. Les mots du Chef d’état-major de la Marine, l’amiral Christophe Prazuck, commentant l’inauguration du porte-avions britannique HMS Queen Elizabeth en 2017, l’opportunité selon lui de « partager le fardeau de la sécurité de notre continent », font état d’une France dépendante, presque subordonnée aux britanniques en l’absence du Charles de Gaulle et devant pourtant assurer la protection européenne. Ce schéma est d’autant plus bouleversé par le Brexit : la France, en ayant le statut d’alliée solide des britanniques mais étant la première armée européenne, saura-t-elle assumer son rôle grâce à son porte-avion ou devra-t-elle s’en remettre à ses voisins d’outre-Manche, dont les intérêts n’ont jamais semblé aussi peu tournés vers l’Europe ?    

Au-delà de l’Europe, la France, par la possession d’un porte-avions, aspire à un certain statut, celui d’une puissance mondiale à part, plus que légitime à siéger au conseil de sécurité de l’ONU. Les mots de l’amiral Prazuck le 4 décembre 2017 reflètent tout à fait le schéma actuel : « Un deuxième porte-avions peut-être une ambition. Les chinois veulent en construire quatre, (le premier conçu en Chine, Shandong, de classe STOBAR, Short Take-Off But Arrested Recovery, en service depuis 2019, viens compléter le Liaoning, de fabrication russe, mis à flot en 2011, tandis qu’un « Type 003 », probablement à propulsion nucléaire, est en construction en 2020) les britanniques vont en avoir deux (le HMS Queen Elizabeth et le HMS Prince of Wales, tous deux de classe STOBAR, respectivement mis en service en 2017 et 2019, premiers porte-avions construits par le Royaume-Uni en quarante ans). C’est un outil militaire mais aussi un outil politique ». En Nouvelle-Calédonie, la Zone Economique Exclusive française est régulièrement pillée par des pêcheurs de diverses nationalités, repoussés par la marine chinoise qui, convoitant des ressources énergétiques, accroît sa surveillance en mer de Chine. Le déploiement du Charles de Gaulle étant le plus souvent nécessaire au large du Moyen-Orient, on pourrait voir en un deuxième porte-avions l’arme dissuasive nous permettant de nous imposer et de contrôler l’ensemble de nos territoires et de nos eaux territoriales.  

 En définitive, la question de fond est la suivante : sommes-nous prêts à abandonner notre présence sur certaines mers ou voulons-nous nous doter d’une disponibilité opérationnelle permanente ?

1 thought on “Portrait du porte-avions «Charles de Gaulle», pièce maîtresse de la Marine Nationale

  1. Un tel renforcement de la puissance navale serait souhaitable s’il s’accompagnait d’une sortie de la France de cet alignement sur la politique méprisante du droit international américaine au Moyen-Orient :https://www.lepoint.fr/monde/attaque-chimique-en-syrie-le-rapport-qui-derange-19-02-2014-1793755_24.php
    Dommage que les négociations sur le contrôle de la Méditerrannée/retour dans l’OTAN de Chirac soient tombées à l’eau si brutalement grâce à Sarko…
    La France avait pourtant été mondialement parée d’honneur par son sage refus d’intervenir en Irak, ce serait tellement bien de revenir à la vraie diplomatie, dépourvue de « gentils » et de « méchants », souveraine, ouverte sur le Monde ! Petite citation sympa qui résume dans tous les cas l’intérêt d’un 2eme porte-avion : « You can do a lot more with weapons and politeness than just politeness » V.Poutine 😀

Laisser un commentaire

RSS
Share
Instagram