Les mythes de la Seconde Guerre mondiale décryptées par Jean Lopez et Olivier Wieviorka

Les troupes américaines débarquent le matin du 6 Juin 1944 vers 7h30, à marée montante à Saint Laurent sur Mer (Calvados). ©U.S. Coast Guard / Flickr

Nous avons lu ce livre collectif, que nous avons grandement apprécié, commis sous la direction de Jean Lopez, fondateur et directeur de la rédaction de Guerres & Histoire et d’Olivier Wieviorka, membre de l’Institut universitaire de France et professeur à l’ENS Cachan. Cette étude revient sur « les mythes de la Seconde Guerre mondiale », mythes qui empêchent la bonne compréhension des événements. A ce sujet, nous lisons dans l’introduction : « Si la Seconde Guerre mondiale est de jour en jour mieux connue, grâce aux recherches que mènent avec ténacité les historiens, bien des mythes ont la vie dure ».

 

La question à se poser est la suivante : pour quelles raisons les mythes perdurent-ils malgré la qualité de la recherche historique ? Lopez et Wieviorka pensent que « la persistance de ces idées convenues, à défaut d’être conformes, témoigne d’une difficulté : les historiens, malgré leur talent, ne sont pas toujours parvenus à faire partager au grand public les fruits de leurs travaux ». Espérons que ce gros volume parvienne à casser les idées reçues.

Cette somme « se divise en deux parties inégales. La première se penche avant tout sur les opérations militaires, et tente de séparer le bon grain (la réalité historique) de l’ivraie (les idées reçues). Reprenant le même schéma, la seconde se veut plus sociale et plus politisée ». L’objectif de l’ouvrage est clairement affiché : « Rétablir quelques faits en revenant, au crible de trente-sept chapitres, sur de grands mythes qui, pour être parfois considérés comme vérités d’Evangile, n’en restent pas moins erronés. Sans viser à l’exhaustivité, il espère contribuer à offrir aux lecteurs le fruit des recherches les plus récentes ».

Par exemple, nous entendons encore que « l’économie soviétique ne pouvait rivaliser avec le potentiel du Reich ». Nous lisons que « les plus récentes recherches invitent à poser un regard lucide sur ces deux systèmes productifs. Elles conforment qu’au rebours d’une image convenue l’Allemagne fut une puissance industrielle relativement faible tandis que l’Union soviétique, à l’inverse, sut développer un impressionnant outil productif à vocation militaire ».

De même, il est encore enseigné que « Pearl Harbor a signé une écrasante victoire de l’Empire Nippon sur les Etats-Unis ». L’étude factuelle des sources, des documents et des faits – non teintés d’idéologie – démontrent aisément le contraire. Une lecture partisane et partielle conduit certains à définir la guerre dans le Pacifique comme un front secondaire, alors qu’en réalité elle ne peut être vue ainsi : « Loin d’être une part annexe d’une Seconde Guerre mondiale qui se serait jouée en Europe, la guerre du Pacifique est donc un conflit longtemps distinct de celle-ci et que l’on pourrait plus exactement appeler guerre pour l’Asie ».

Le contributeur de ce chapitre ajoute : « La géographie de la guerre du Pacifique, seule, interdit de la considérer comme secondaire, elle implique, directement ou indirectement – sans compter les Etats-Unis ! – plus de 40 millions de kilomètres carrés de surface terrestre – un gros quart des terres émergées -, abritant la moitié de la population mondiale en 1939, et un théâtre d’opération maritime représentant, si l’on y inclut l’océan Indien, près de 250 millions de kilomètres carrés, soit plus que l’ensemble des terres émergées, et près de la moitié de la surface de la Terre ».

Il est souvent écrit que « la défaite de 1940 était inéluctable ». L’historien rappelle malgré tout que, lors de la percée de Sedan, l’armée française ne se présentait pas avec les meilleurs atouts pour gagner : mauvaise doctrine militaire, stratégie déficiente, rivalité entre l’armée de terre et de l’air, l’immobilisme durant la « drôle de guerre ». Il précise surtout « qu’il était possible d’éviter de subir une déroute quand la guerre a commencé en septembre 1939. Ainsi les Français ont-ils gaspillé huit mois… »

Un autre mythe est dénoncé avec moults arguments « Les Allemands ont failli remporter la bataille d’Angleterre ». C’est faux ! La bataille a été perdue et bien perdue, à cause de mauvaises considérations tactiques et stratégiques voulues par la hiérarchie militaire allemande. Des raisons industrielles complètent l’analyse de l’échec : les Allemands se montraient incapables de produire plus ou autant d’avions que leurs adversaires. Voici les chiffres et ils ne souffrent d’aucune contestation possible. En 1940, les Allemands sortent « seulement 1870 avions de chasse monoplaces de leurs usines contre 4823 pour les Britanniques. L’attrition au combat ne peut être comblée de la même manière ». Les autres années confirmeront et amplifieront l’écart de production.

Ce livre permet de comprendre qu’une seule bataille n’est jamais suffisante pour expliquer le déroulement d’une guerre, surtout une fois perçus ici la longueur et la multiplicité des fronts. Il n’existe pas une cause unique pour décrypter un événement mais plusieurs. Il convient de ne pas oublier les enchaînements et les rapports de cause à effet entre les différentes actions, militaires ou politiques.

Cependant, plus de 70 ans après les faits, chacun pourra constater que la propagande tourne à plein régime et qu’elle continue de faire des dégâts. Certains pensent vraiment que « les homosexuels d’Europe furent déportés » ou que les FTP – politiquement communistes – furent « le fer de lance de la résistance armée ». Pour rappel, les cheminots ne constituèrent pas « les fers de lance de la résistance française ». La manipulation gaulliste continue de produire des effets désastreux, même en 2020 : non, le cœur de la France libre ne battait pas à Londres et cela est brillamment démontré avec des arguments circonstanciés dans la présente étude. Koufra et Bir Hakeim furent des « mythes fondateurs » exploités par De Gaulle dans le contexte de la Débâcle et de l’Occupation : « Koufra et Bir Hakeim demeurent les deux faits d’armes les plus célèbres des FFL. Ces succès ne sont pourtant ni les premiers, ni les plus importants »…

L’Histoire doit être étudiée et comprise loin des idéologies, de l’émotionnel et du sentimentalisme. Napoléon disait à juste titre : « Qu’est-ce l’histoire, sinon une fable sur laquelle tout le monde est d’accord ? » Chacun tirera, ou non, les conséquences qui s’imposent…

 

Les mythes de la Seconde Guerre mondiale – Jean Lopez & Olivier Wieviorka – 2020 – Éditions Perrin

Laisser un commentaire

RSS
Share
Instagram