Opération Daman : l’armée française au Liban

Des soldats français de la FINUL en observation au sud du Liban

Composée de 800 hommes, l’opération Daman participe au maintien de la paix au sud Liban.

 

Arrivée en 1978, cela fait plus de 40 ans que la France est l’une des principales contributrices de la Force Intérimaire des Nations Unies au Liban (FINUL) avec 800 soldats. Nom de l’opération : Daman.

A cette époque, en réponse aux attaques de l’Organisation de Libération de la Palestine (OLP) l’armée israélienne envahit le sud Liban. La mise en place de la FINUL est votée et établie par le conseil de sécurité de l’ONU dans la foulée. L’objectif de cette intervention, financée par l’ONU, était triple : confirmer le retrait des troupes israéliennes de cette région, rétablir la paix et la sécurité internationale et aider le gouvernement libanais à rétablir son autorité dans la région.

 

Opération Daman

Depuis 2006, faisant suite aux attaques du Hezbollah, les règles ont changé et les missions ont été élargies. La FINUL doit alors « contrôler la cessation des hostilités, accompagner les forces armées libanaises à mesure de leur déploiement dans le sud du pays et fournir une assistance pour assurer aux populations civiles l’accès à l’aide humanitaire et favoriser le retour volontaires des personnes déplacées dans des conditions de sécurité » selon la résolution 1701 du conseil de sécurité des Nations unies.

« Nous sommes parfois amenés à fournir du matériel scolaire ou encore à participer à la modernisation des moyens éducatifs à travers le don de vidéos projecteurs ou ordinateurs par exemple tandis que d’autres donnent des cours » explique un jeune sous-officier en mission sur place.

 

La Force Command Reserve (FCR), un bataillon presque français

Placé sous les ordres directs du commandant de la FINUL depuis juillet 2018, le général italien Stéphano Del Col, le contingent français forme la principale ossature de la Force Command Reserve (en français, force de réserve et d’intervention rapide) composée de 650 soldats français et de 150 militaires finlandais. La FRC est la force de réserve de la FINUL. Disposant de véhicules blindés de transport de troupes (VAB et SISU), de véhicules blindés légers (VBL) et de missiles sol-air Mistral, elle constitue une unité dédiée aux missions urgentes. Elle est capable d’intervenir sur toute la « blue line » – nom donnée à la zone frontalière entre le Liban et Israël jusqu’en Syrie – au profit de l’ensemble des contingents déployés sur la zone. En revanche, elle ne bénéficie pas de dissuasion aérienne.

Outre le fait de pouvoir intervenir en urgence un peu partout, la FCR accompagne la montée en puissance des Forces Armées Libanaises (FAL) à travers des entraînements conjoints incluant  le secourisme de combat, le tir et le combat en général. Le mandat actuel de la FINUL se prolonge jusqu’au 31 août 2019. A terme, l’objectif est que les FAL prennent la relève. C’est dans ce cadre que chaque mois, le FCR participe à la formation de 300 soldats libanais. Le contingent français est le seul à effectuer la totalité de ses patrouilles et ses entraînements avec les FAL depuis 2012.

Laisser un commentaire

RSS
Instagram