Louis Rustin : l’inventeur de la rustine

Louis Rustin est un entrepreneur français passionné par le cyclisme.

Louis Rustin est un chef d’entreprise français. Passionné par le cyclisme, il est l’inventeur de la petite pièce de caoutchouc qui porte son nom : la rustine.

 

Trouver une solution à la crevaison et faire fortune, c’est le pari de Louis Rustin. Comme Michelin, Scotch, Frigidaire, Mobylette ou encore Kleenex, Rustine fait partie des rares marques à être traduites en nom générique pour désigner un type de produit ou un service. Histoire d’une entreprise familiale 100% française.

 

La passion du vélo

Né le 29 février 1880 à Paris, Louis Désiré Auguste Rustin est le fils d’un père maître d’hôtel et d’une mère cuisinière. En 1903, à l’âge de 23 ans, il ouvre avec son associé Jean Larroque une boutique de réparation de pneumatiques dans le quartier des Batignolles dans le XVIIème arrondissement de Paris. En plus de l’automobile et de l’aviation, le début du siècle est aussi synonyme de développement du cyclisme avec plus d’un million de bicyclettes en circulation en France.  Compte tenu de l’état des routes à l’époque, les crevaisons sont nombreuses sans qu’il n’y ait de véritables solutions rapides proposées.

 

LIRE AUSSI → Roland Garros : portrait d’un aviateur qui donna son nom à un terrain de tennis

 

Amateur de cyclisme, Louis Rustin souhaite trouver une solution viable à ce désagrément, lui-même y étant souvent confronté. Avec son ami Paul Doumenjou, ingénieur chimiste, il développe en 1908 et dépose le brevet à son nom (n° 397 424) du premier prototype de réparation simple et rapide contre les crevaisons. Il s’agit d’une bande de cuir à coller à l’intérieur de l’enveloppe des pneumatiques. La Première guerre mondiale arrive et Louis Rustin, mobilisé, doit suspendre ses recherches.

 

La rustine, une histoire française

La guerre terminée, Louis Rustin reprend ses travaux. Apres avoir testé de nombreuses fois ses nouvelles créations, il dépose le brevet ainsi que la marque « Rustines » en 1922. La production commence et les affaires décollent grâce à son don pour la communication. De la publicité dans les journaux aux affiches sur les murs de Paris en passant par la sponsorisation de célèbres cyclistes comme André Leduq, la marque s’affiche partout et devient populaire. Lors des « six jours de Paris », Louis Rustin offre des places et un repas à des jeunes dans le but de faire la promotion de la marque. Lors de la crevaison d’un cycliste, un groupe doit siffler « PSCHIIIIIIIIIITTTT » pendant que d’autres crient « Rustine, Rustine, Rustine ».

 

LIRE AUSSI → Eugène Poubelle : portrait d’un préfet qui donna son nom à une boîte à ordures

 

En 1934, la société déménage et s’installe à La Chartre-sur-le-Loir (Sarthe), dans les locaux d’une ancienne usine de coton abandonnée depuis 1917. La spécialité de Rustine SA est la maîtrise de l’étanchéité du caoutchouc. Louis Rustin décède le 19 juin 1954 à Clichy en laissant une entreprise familiale prospère avec près de 200 brevets et marques déposées. En 2021, la société continue à fabriquer des rustines avec le même emballage et le même slogan qu’autrefois : « unis pour la vie ». Dirigée par un Louis Rustin (4 ème génération), la part des rustines représente moins de 1% du chiffre d’affaire de l’entreprise qui fournit principalement les joints en caoutchouc pour les transports, dont le TGV qui a établi un record mondial de vitesse en 2007 à 574,8 km/h. Une belle histoire française.

 


Vous avez apprécié l’article ? Aidez-nous en faisant un don

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
30 × 5 =


RSS
Share
Instagram