La blockchain est un mode de stockage et de transmission de données sous forme de blocs liés les uns aux autres et protégés contre toute modification.

Alors que la blockchain fait souvent parler d’elle, celle-ci pourrait modifier et changer le secteur des jeux vidéo.

 

Concept né au XXème siècle, mais réellement développé en 2008 avec le Bitcoin, la blockchain révolutionne lentement, mais sûrement, les secteurs auxquels elle touche. Certains néophytes se perdent en voyant cette nouvelle technologie s’appliquer à de très  nombreux domaines . Plus récemment, c’est le secteur des jeux vidéo qui est pris d’assaut par ce nouveau système censé apporter sécurité, fiabilité et bien d’autres avantages. Que signifie réellement cette technologie et à quoi sert-elle ? Quel impact pourrait avoir ces « blocs de chaînes » sur une industrie de divertissement comme les jeux vidéo ?

La blockchain peut se définir comme un système décentralisé permettant de stocker et de transmettre l’information de façon à assurer sécurité et transparence. Autrement dit, il s’agit d’une technologie qui permet à ses utilisateurs d’effectuer en toute sécurité des opérations entre eux sans l’intermédiaire d’un organe de contrôle (banque, institution financières etc.). Historiquement, le système avait été conçu comme une réponse à la mauvaise gestion qui a conduit à la crise financière de 2008. Avec le Bitcoin, basé lui-même sur la blockchain, les utilisateurs peuvent désormais échanger directement entre eux sans l’intervention d’une tierce personne. Cela économise non seulement du temps, mais aussi l’argent lié aux commissions des tiers.

 

Comment ça fonctionne ?

La blockchain est une grande base de données qui s’apparente à un registre. Dans ce dernier, est inscrit l’historique de toutes les opérations effectuées entre ses utilisateurs depuis sa création. Les utilisateurs sont détenteurs du registre, y ont accès et peuvent y inscrire les opérations selon le protocole préétabli. Voici listés en quelques points les caractéristiques qui définissent la blockchain :

  • Anonymat : l’identité de chaque partie est protégée selon un procédé cryptographique
  • Méthode de transactions : à chaque transaction, les informations sont envoyées vers des nœuds (réseaux, ordinateurs) dispersés à travers le monde, mais liés entre eux. Chaque nœud détient un exemplaire du registre. Ces transactions sont alors déchiffrées, authentifiées et validées par des informaticiens appelés mineurs. Une fois les informations validées par consentement de tous les nœuds, elles sont chiffrées et inscrites sous forme de blocs dans le système
  • Sécurité : à chaque opération, le fait que chaque nœud dispersé à travers le monde doit valider la transaction fait que le système est très sécurisé. Les informaticiens censés faire les opérations de déchiffrage et de validation ne se connaissent pas. Le risque de conspiration ou de vol de données est presque inexistant
  • Système décentralisé : vu que la blockchain se passe d’organes centraux intermédiaires, les coûts et le temps de traitement liés à ces institutions sont économisés. L’univers des casinos en ligne est un bon exemple pour mieux percevoir la différence entre cette technologie et notre modèle actuel.

 

La blockchain dans le monde des casinos en ligne

L’industrie des casinos en ligne s’est décuplée en quelques années à partir des années 2010. Dorénavant, il s’agit d’un secteur prépondérant dans le monde des jeux sur internet. Cette popularité des casinos en ligne est due entre autres à leur grande accessibilité. Récemment, les casinos de cryptomonnaie sont parmi les plus recherchés en raison des nombreux avantages qu’ils apportent. Généralement, lorsqu’un parieur doit entrer en possession de ses gains auprès d’une plateforme de paris en ligne, il fait face à des problèmes de délais de virement.

Basées sur la technologie de la blockchain, les cryptomonnaies permettent de réduire considérablement le délai de transaction, vu qu’elles ne font pas intervenir de tiers. Par la même occasion, elles préservent l’identité de ceux qui préfèrent rester dans l’anonymat pour leurs transactions. Pour finir, grâce aux cryptomonnaies et la blockchain, les casinos en ligne se préservent d’éventuels piratages ou détournement des fonds à l’encontre des parieurs. Par ailleurs, si vous êtes un passionné de casino et souhaitez jouer au casino en ligne, il est plutôt conseillé de faire la comparaison entre plusieurs sites avant de faire votre choix.

Plusieurs casinos de cryptomonnaie sont partenaires des meilleurs développeurs du marché et proposent donc des jeux aussi performants, tout comme les autres casinos en ligne. En ce qui concerne les jeux vidéo, le bouleversement que pourrait apporter la blockchain pourrait être encore plus intéressant à suivre.

 

Quel avenir pour les jeux vidéo avec la Blockchain ?

Depuis des décennies, l’industrie des jeux vidéo a toujours été en quête d’un modèle économique viable. Les coûts de développement des jeux étant de plus en plus élevés, les développeurs ont toujours cherché un moyen efficace de pouvoir rentabiliser leur produit. Vu le poids de ce secteur aujourd’hui dans le monde du divertissement, on pourrait dire que le modèle tant recherché a été trouvé. Néanmoins, certains évènements récents pourraient bouleverser l’ordre des choses.

Suite à la conception de la blockchain du bitcoin, plusieurs autres cryptomonnaies ont vu le jour et dernièrement, c’est la cryptomonnaie ethereum qui se fait de plus en plus de place avec sa blockchain. Même si le principe est similaire, cette technologie est quelque peu différente de celle du bitcoin. La blockchain ethereum permet accessoirement aux utilisateurs de passer des contrats intelligents. Un protocole est mis en place afin que ces contrats mutuels puissent être vérifiés et mis en application.

C’est à partir de là que sont nés les jetons non fongibles communément appelés NFT. Les jetons non fongibles (Non Fungible Token / NFT) sont considérés comme des œuvres d’art numérique ayant une identité unique certifiée par la blockchain. Chacun peut faire certifier son œuvre numérique comme NFT quelle qu’elle soit et la revendre à qui veut. En comparaison, le bitcoin est une monnaie fongible ou chaque unité se ressemble et reste  la même, elle se rapproche davantage  d’une monnaie numérique que d’une collection d’art.

Sur les derniers mois, le marché des NFT fait beaucoup parler de lui avec des œuvres comme les primates de BAYC (Bored Ape Yatch Club) qui se vendaient très chers ou encore le retour des lapins crétins de Sanbox. Les NFT ont ensuite attaqué le domaine des jeux vidéo avec le Play-to-Earn, une nouvelle catégorie de jeux tournant essentiellement avec des jetons non fongibles et le principe de la blockchain.

 

Un coup dur pour les microtransactions

Sur la dernière décennie, la communauté des éditeurs et développeurs de jeux vidéo a pu finalement trouver son modèle économique de croisière : les fameuses microtransactions. L’industrie gaming y a trouvé son compte avec les skins, les season pass, les DLC ou encore récemment les lootboxes. Il s’agit de services additionnels qui sont proposés par les concepteurs pour un même jeu. Ces services leur assurent une rémunération conséquente et régulière vu que les gamers, résignés face à ce modèle quelque peu vicieux, laissent finalement passer les microtransactions comme quelque chose de normal.

En 2017, Activision-Blizzard présentait un total de revenus à 7,16 milliards dont 56 % provenant de contenus additionnels. Electronics Arts est l’un des premiers à être passé maître dans cet art, même si stratégiquement les dirigeants ont annoncé le prochain Dead Space totalement dépourvu de microtransactions. Aujourd’hui, ces chiffres liés aux microtransactions sont encore plus démonstratifs, mais tout s’apprête à être chamboulé par les NFT.

En effet, les jeux Play-to-earn intègrent les NFT comme étant des personnages, skins, items, des paysages numériques, bref, une infinité de contenus additionnels que les joueurs peuvent littéralement s’approprier en jouant dans le jeu ou en les achetant avec une monnaie virtuelle. Ces NFT peuvent être vendus, échangés contre d’autres NFT, ou même sécurisés à travers des contrats à terme ou futurs pour leur faire prendre plus de valeur. Il s’agit tout simplement d’un nouveau marché qui risque de mettre en péril le modèle de microtransactions que les géants de l’industrie se sont donné tant de mal à bâtir. Vers un nouveau modèle révolutionnaire ?

Blockchain, cryptomonnaie, NFT, Web 3, autant de technologies qui risquent de définir le monde de demain. Dans le secteur des jeux vidéo, chaque micro transaction effectuée par un joueur rapporte de l’argent au concepteur. Les services achetés par les gamers dans les jeux sont certes acquis, mais ne peuvent pas être échangés ou vendus à quelqu’un d’autre. Le fait que la blockchain puisse octroyer un vrai titre de propriété aux gamers acquérant des NFT dans les jeux pourrait s’annoncer comme une petite révolution.

On s’aperçoit déjà de la portée de ce nouveau système avec le Guild of Guardian. Le jeu de rôle mobile d’Immutable a engrangé plus de 2,6 milliards de dollars en objets virtuels (NFT), seulement une heure après la première vente. Une chose est claire, la croissance des NFT ne risque pas de s’arrêter en si bon chemin. Cette nouvelle technologie accorde clairement beaucoup plus de liberté aux joueurs et met un coup de vent aux microtransactions actuelles, quoique la finalité reste financière dans les deux cas. Du côté des gamers, les jeux vidéo basés sur la blockchain sont pris avec un grand scepticisme comme toutes les nouvelles technologies.

Pour les pontes de l’industrie, l’objectif est de ne pas être laissé pour compte et donc de s’adapter rapidement. Est-ce que les NFT se feront accepter par la communauté gamer malgré elle ? Y verra-t-elle un avantage à saisir face aux modèles actuels ? Autant de questions qui peuvent faire prendre différentes tournures. Un rendez-vous dans quelques années nous en dira peut-être plus. Pour l’heure, la blockchain a certainement le potentiel de définir un avenir entier pour le secteur des jeux vidéo dans un certain « Metaverse ».

 


Vous avez apprécié l’article ? Aidez-nous en faisant un don ou en adhérant

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
48 ⁄ 24 =


RSS
Share
Instagram

Merci pour votre abonnement !

Il y a eu une erreur en essayant d’envoyer votre demande. Veuillez essayer à nouveau.