Ernest Meissonier, Le Siège de Paris, huile sur toile, 1870-1884, Paris, musée d'Orsay. « Mémorial des morts » et « symphonie héroïque de la France ».

Le 19 juillet 1870, la France déclare la guerre au royaume de Prusse. Particulièrement mal préparée, l’armée française est défaite en quelques mois.

 

En 1867, la Prusse est en pleine transformation. Elle souhaite s’agrandir en formant la confédération de l’Allemagne du nord. Pour le ministre-président de la Prusse, le chancelier Otto von Bismarck, le seul moyen d’unifier tous les états allemands est un ennemi commun et de préférence un envahisseur étranger. L’Autriche étant d’ors et déjà battue lors de la guerre Austro-prussienne de 1866, seule la France pourrait mettre à mal les plans d’unification de l’Allemagne du chancelier.

Le 21 juin 1870, poussé par Bismarck, Léopold de Hohenzollern-Sigmaringen, un cousin du roi Guillaume Ier de Prusse, accepte d’être candidat au trône d’Espagne. Craignant d’être encerclée par les Prussiens, la France envoie son ambassadeur des affaires étrangères auprès du roi de Prusse. Celui-ci, soucieux de ne pas déclencher un nouveau conflit européen, accepte de retirer la candidature de la maison Hohenzollern-Sigmaringen au trône d’Espagne.

Mais Bismarck ne l’entend pas de cette oreille et déforme dans l’opinion publique les propos de l’ambassadeur français en prétendant que celui-ci fut humilié lors de l’entretien. C’est la dépêche d’Ems.

 

La guerre

Le 19 juillet 1870, l’Empereur Napoléon III tombe dans le piège de Bismarck et déclare la guerre à la Prusse. Face à la France désormais perçue comme l’agresseur, les quelques états allemands qui n’étaient toujours pas alliés à la confédération de l’Allemagne du nord s’unissent. D’abord confiantes, les troupes françaises perdent de nombreuses batailles. L’impréparation militaire est mise en avant.

Après six semaines de guerre, l’Empereur Napoléon III est capturé lors de la défaite de Sedan le 2 décembre 1870. Les partisans de la république en France ne tarderont pas à rétablir un nouveau régime politique : la IIIe république. Après la chute de l’Empire, la guerre n’est pas finie pour autant et les soldats français tentent de repousser les Allemands le plus possible, sans succès malheureusement.

 

Le siège de Paris

Mi-septembre, les troupes prussiennes sont aux portes de Paris et assiègent la ville. Rapidement la situation est très difficile pour les Parisiens qui ne peuvent plus se nourrir. On mange des rats, des animaux de zoos. Chaque jour des centaines de Parisiens perdent la vie. Le 18 janvier 1871, Bismarck proclame Guillaume Ier, « empereur Allemand » dans le palais de Versailles. C’est la création de l’Allemagne.

 

La défaite française

Le 28 janvier 1871, le gouvernement français se résout finalement à signer l’armistice. Les conditions de paix sont terribles. La France doit payer 5 milliards de francs-or d’indemnité et est occupée sur une partie de son territoire jusqu’au paiement intégral en 1873. L’Alsace et la Lorraine sont désormais rattachées au Reich allemand.

Les Français perçoivent cette défaite comme une humiliation doublée d’un sentiment de trahison de son gouvernement. Cette défaite est à l’origine de nombreux événements comme la Commune de Paris et les prémices de la Première Guerre mondiale en 1914 dont un des objectifs est de récupérer le territoire perdu.

 


Vous avez apprécié l’article ? Aidez-nous en adhérant ou en faisant un don !

1 thought on “19 juillet 1870 : début de la guerre franco-allemande

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
8 − 2 =


RSS
Share
Instagram