Les élections européennes 2019 en bref

Les élections européennes permettant d’élire les eurodéputés au suffrage universel direct en un tour, se tiendront ce dimanche 26 mai 2019 en France. 

 

Comment fonctionnent les élections ?

Les élections ont lieu tous les cinq ans. Chaque pays se voit attribuer un nombre de sièges en fonction de sa population. Il doit ensuite conduire le scrutin sur son territoire à la proportionnelle.

En 2019, en France, le vote se tiendra le dimanche 26 mai. Cette année, le gouvernement a introduit un changement important : le pays ne sera plus découpé en huit circonscriptions régionales, mais formera une circonscription unique.

Une liste de candidats doit être présentée par chaque parti pour l’ensemble du territoire français. A l’issue du scrutin, les partis ayant obtenu au moins 5% des suffrages bénéficieront d’un nombre de sièges proportionnel à leur nombre de voix. 34 listes sont en compétition en France.

 

Quel est le mode de scrutin pour les élections européennes en France ?

Les élections européennes ont lieu au suffrage universel direct à un tour. Les candidats présentés sont élus pour cinq ans selon les règles de la représentation proportionnelle (principe commun à tous les États membres), au scrutin de liste à la plus forte moyenne. Les sièges sont attribués aux candidats d’après l’ordre de présentation sur chaque liste.

Si, pendant le mandat, un siège devient vacant pour quelque cause que ce soit, il est attribué au candidat suivant de la liste.

 

Quel est le nombre de députés européens ?

Avec la décision du Royaume-Uni de se retirer de l’Union européenne en 2016, le nombre de sièges au Parlement européen passe de 751 à 705. 46 des 73 sièges britanniques libérés sont disponibles pour un éventuel élargissement de l’UE. Les 27 autres sont répartis entre 14 États membres jugés jusque-là sous-représentés : France (+5), Espagne (+5), Italie (+3), Pays-Bas (+3), Irlande (+2), Suède (+1), Autriche (+1), Danemark (+1), Finlande (+1), Slovaquie (+1), Croatie (+1), Estonie (+1), Pologne (+1), Roumanie (+1).

A l’issue des élections de 2014, la France disposait de 74 sièges au Parlement européen. Après les élections de mai 2019, elle disposera de 74 sièges +5, soit 79 eurodéputés.

 

Quel est le rôle du député européen ?

Le député européen exerce 3 pouvoirs :

  • législatif : le Parlement est partie prenante de l’adoption des actes juridiques communautaires, en « procédure législative ordinaire », en procédure d’approbation ou de consultation, avec dans certains cas un droit d’initiative
  • budgétaire : il établit, avec le Conseil de l’Union européenne, le budget annuel de l’UE
  • de contrôle : il intervient dans la procédure de désignation du président de la Commission européenne et peut censurer la Commission.

 

Quelle est la rémunération du député européen ?

Depuis juillet 2018, la rémunération mensuelle des députés, prévue par le statut unique, s’élève à 6.824,85 € net.

Les eurodéputés disposent également d’une enveloppe budgétaire pour régler certains frais. Elle comprend 4 320 € pour les frais généraux (communication, équipements, etc.) et la prise en charge des frais de transport (maximum 4 264 € par an). Ainsi que de 24 943 €/mois pour l’emploi d’assistants personnels.

 

Quels sont les groupes ?

A l’issue des élections, les députés élus peuvent rejoindre ou créer un groupe politique au niveau européen. Pour la législature 2014-2019, on compte huit groupes politiques au niveau européen :

  • Le Groupe du Parti populaire européen (PPE), qui réunit la plupart des partis de centre-droit, dont Les Républicains
  • L’Alliance progressiste des socialistes et démocrates au Parlement européen (S&D) où figure notamment le Parti socialiste
  • Les Conservateurs et réformistes européens (CRE), qu’aucun député français n’a rejoint
  • L’Alliance des démocrates et des libéraux pour l’Europe (ADLE), où se trouvent l’UDI et le MoDem
  • Le Groupe confédéral de la Gauche unitaire européenne/Gauche verte nordique (GUE/NGL) où siègent le Parti communiste français et La France insoumise
  • Le Groupe des Verts/Alliance libre européenne (Verts/ALE), rassemblant les partis écologistes européens dont Europe Écologie-Les Verts
  • Le Groupe Europe de la liberté et de la démocratie directe (ELDD), dans lequel siège le parti de Florian Philippot, Les Patriotes.
  • Groupe Europe des nations et des libertés (ENL) qui réunit des partis de droite et d’extrême-droite, dont le Front national

Les députés qui ne rejoignent aucun groupe politique européen sont dits « non-inscrits ».

 

Abstention

Selon un sondage Odexa Dentsu Consulting, il est prévu 57% d’abstention en 2019 pour 57,57% en 2014. Cela représente tout de même plus de la moitié des électeurs. Chez les jeunes électeurs, ce sont 70% des 18-34 ans qui comptent s’abstenir. A se demander si les Français ont un quelconque intérêt pour l’Union Européenne. A titre indicatif, l’abstention était de 25,44% lors du second tour des élections présidentielles de 2017.

Afin de pallier à ce manque d’engouement de la part des jeunes électeurs, le Parlement européens n’hésite pas à dépenser son budget en publicité ciblée et en référencement sur les réseaux sociaux tels que Facebook ou Twitter. Un court-métrage de campagne a été réalisé comptabilisant à ce jour 34 millions de vues sur YouTube. La vidéo montre plusieurs naissances de bébés dans les pays européens, des bébés « qui hériteront des décisions prises en mai 2019 et nous poussent à réfléchir sur les raisons de notre vote« , selon le Parlement.

Une page Facebook aux allures enfantines et humoristiques à elle été créée par l’ONG Pulse of Europe France qui agit contre l’abstentionnisme et l’extrémisme. Cette page dénommée Eurolapins met en scène de petits lapins aux couleurs de l’Union européenne avec des messages simples et percutants rappelant d’aller voter le 26 mai afin de lutter contre la menace de l’extrême droite.

De nombreux événements Facebook ont également été créés toujours dans cette optique de mobilisation pour se rendre aux urnes.

 

Quels sont les partis en lice et leur place dans les sondages ?

Les listes à se présenter sont au nombre de 34. Chacune d’entre elle menée par une tête de liste comporte 79 candidats.

Selon le sondage journalier de l’IFOP, au 23 mai nous avons les intentions de votes suivant :

RASSEMBLEMENT NATIONAL : Jordan Bardella 24,5%

LA RÉPUBLIQUE EN MARCHE : Nathalie Loiseau 23%

LES RÉPUBLICAINS : François-Xavier Bellamy 14%

LA FRANCE INSOUMISE : Manon Aubry 8%

EUROPE ECOLOGIE LES VERTS : Yannick Jadot 7%

PARTI SOCIALISTE ET PLACE PUBLIQUE : Raphaël Gluckmann 6%

DEBOUT LA FRANCE : Nicolas Dupont-Aignan 4%

PARTI COMMUNISTE : Ian Brossat 3,5%

GÉNÉRATION.S : Benoît Hamon 2%

LES PATRIOTES : Florian Philippot 2%

UDI : Jean-Christophe Lagarde 1,5%

UPR : FRANÇOIS ASSELINEAU 1,5%

GÉNÉRATION ÉCOLOGIE ET MOUVEMENT ÉCOLOGISTE INDÉPENDANT : Dominique Bourg 1%

PARTI ANIMALISTE : Hélène Thouy 1%

LUTTE OUVRIÈRE : Nathalie Artaud 0,5%

ALLIANCE JAUNE (GILETS JAUNES) : Francis Lalanne 0%

EVOLUTION CITOYENNE (GILETS JAUNES) : Christophe Chalençon 0%

MOUVEMENT POUR L’INITIATIVE CITOYENNE : Gilles Helgen 0%

LA LIGNE CLAIRE : Renaud Camus 0%

PARTI PIRATE : Florie Marie 0%

EUROPE DÉMOCRATIE ESPÉRANTO : Pierre Dieumegard 0%

ALLIANCE ROYALE : Robert de Prévoisin 0%

PARTI RÉVOLUTIONNAIRE COMMUNISTES : Antonio Sanchez 0%

PARTI FÉDÉRALISTE EUROPÉEN : Yves Gernigon 0%

ALLONS ENFANTS : Sophie Guillaud 0%

DÉCROISSANCE 2019 : Thérèse Delfel 0%

DÉMOCRATIE REPRÉSENTATIVE : Hadama Traoré 0%

LES OUBLIÉS DE L’EUROPE : Olivier Bidou 0%

PARTI DES CITOYENS EUROPÉENS : Audric Alexandre 0%

À VOIX ÉGALES : Nathalie Tomasini 0%

UNION DÉMOCRATIQUE POUR LA LIBERTÉ ÉGALITÉ FRATERNITÉ (UDLEF) : Christian Person 0%

LISTE DE LA RECONQUÊTE : Vincent Vauclin 0%

NEUTRE ET ACTIF : Cathy Corbet 0%

UNION DES DÉMOCRATES MUSULMANS FRANÇAIS (UDMF) : Nagib Azergui 0%

Laisser un commentaire

RSS
Instagram