La Reine s'est éteinte à l'âge de 96 ans dans son palais de Balmoral. ©Royal Collection Trust

La Reine nous a quitté. Il serait presque inutile de préciser son nom, ou de quel royaume elle tient sa fonction, tant sa renommée fait d’elle la seule qui puisse porter aussi majestueusement le titre. Le monde s’arrête pour rendre hommage à celle qui a le mieux incarné la monarchie britannique. C’est une vie donnée à un pays, à un peuple et à des nations, à sa famille et peut-être, un peu, à chacun de nous. Élisabeth II part en ayant l’assurance d’avoir gravé son nom dans l’éternité et l’Histoire en est éprise de vertiges.

 

Élisabeth II, reine de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord vient de rendre l’âme à Dieu ce jeudi 8 septembre 2022 à Balmoral, palais écossais qu’elle chérissait tant. Entourée de sa famille, c’est dans la plus grande dignité et l’amour de ses proches qu’elle laisse un pays profondément meurtri et endeuillé. Son état de santé, jugé préoccupant par les médecins, avaient mis en émoi l’ensemble de la planète qui retenait son souffle pour laisser s’élever, dans un dernier moment de grâce, celui de la plus populaire des monarques. L’opération London Bridge a été déclenchée, signal du début des obsèques qui s’annoncent être aussi impressionnants que ceux d’un pape. L’ensemble des gouvernants du monde entier rend un hommage appuyé, et salue leur aînée dans la fonction.

Car, en 70 ans de règne, elle a été le témoin privilégié des grands événements mondiaux depuis le siècle dernier : de la Seconde Guerre mondiale à la guerre en Ukraine, de la guerre froide à la disparition de l’URSS, de la construction de l’Europe au Brexit, des Trente Glorieuses à la crise économique de 2008. C’est aussi 16 Premier ministres qui ont servi sous son règne, de Winston Churchill à la toute dernière en date, Liz Truss. Ce morceau d’histoire laisse rêveur les mémorialistes, qui peuvent y dresser une vie en mille volumes.

La Reine d’Angleterre a incarné la fonction à la fois avec grandeur et humilité. Certes, le rôle du monarque au Royaume-Uni est plus symbolique que politique, mais ses devoirs ont toujours été remplis avec exigence, comme s’il en allait de l’avenir du peuple britannique. Toute sa vie a été donnée en sacrifice, exigence royale, pour le bien de son pays. Avant même d’être reine, Élisabeth s’était rendue au chevet de la population assaillie par les bombes qui pleuvaient sur Londres. A chaque épreuve, la Reine était pour les Britanniques la mère qui vient apporter réconfort et courage. Désormais, ce sont les Britanniques qui viennent témoigner de leur soutien à la famille royale. Jamais un souverain et un peuple n’avaient connu autant d’unité, redorant ainsi l’image de la monarchie anglaise qui a traversé des épreuves difficiles.

La France a toujours gardé une tendresse et un respect profond pour Élisabeth II, tant elle aimait notre pays, et nous redonnait un peu de merveilleux et de sacré dans une République un peu fade et désolante. Le pays perd donc une alliée et une amie. L’annonce de son décès a d’ailleurs été reçue comme un drame national. Nous pouvons cependant regretter le manque de convenances et d’élégance des médias qui n’ont pas manqué d’enterrer la Reine avant même qu’elle ne se soit éteinte. Cette précipitation dans l’évènement, laisse à penser que la Reine a sûrement connu des moments plus dignes dans le respect des mourants. Mais l’heure n’est plus aux litiges, seulement au silence.

La mort n’est là que pour nous révéler les vertus et les mérites des hommes. La Reine n’avait pas besoin de cela pour être élevée au rang de la sagesse et de la bonté. Gageons cependant que son départ vers le dernier royaume, n’aura que plus d’effet sur ses mérites et donnera inspiration pour ceux à qui incombe les responsabilités d’un État. Car là est le trésor d’un souverain, laisser en héritage le plus bel exemple d’abnégation face à ses devoirs, et transmettre la beauté et la joie du service auprès de ses sujets. La foi profonde de la Reine Élisabeth a inspiré ses actions et laisse en témoignage un désir ardent de régner chrétiennement, dans l’espérance de rendre justice et bienfaits à son pays.

Souhaitons maintenant, au peuple britannique de trouver consolation et réconfort devant la communion unanime et universelle des nations, et au nouveau souverain le roi Charles III, de régner dans l’exemple et le souvenir de sa mère. Que Dieu protège le Roi, que Dieu accueille la Reine.

 


Vous avez apprécié l’article ? Aidez-nous en faisant un don ou en adhérant

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
39 ⁄ 13 =


RSS
Share
Instagram

Merci pour votre abonnement !

Il y a eu une erreur en essayant d’envoyer votre demande. Veuillez essayer à nouveau.