Tableau de Félix Saurine représentant l'Académie des Jeux floraux, Clémence Isaure distribuant des fleurs aux troubadours, musée du Vieux Toulouse.

Les Jeux Floraux sont créés le 3 mai 1324 à Toulouse. Un siècle après les croisades des Albigeois dans le Midi de la France, ce concours permet à la ville rose de retrouver enfin la paix et la prospérité.

 

Créés en 1324 par sept troubadours à Toulouse, les Jeux Floraux sont un des premiers concours de poésie d’Europe. Leur mission ? Maintenir le « lyrisme courtois ». Au travers de ce concours littéraire, des troubadours s’affrontent chaque année. Soutenus par de riches bourgeois toulousains à ses débuts, cette compétition sera très rapidement dirigée et financée par les capitouls, membres élus du conseil municipal du comté de Toulouse qui récompenseront le meilleur jouteur avec une Violette d’or.

 

L’Académie des Jeux Floraux

Le nom des Jeux Floraux provient des fêtes célébrées à Rome en l’honneur de la déesse Flore, et aux cinq fleurs d’or décernées aux meilleurs participants : la violette est décernée aux meilleurs poèmes, épitres et discours ; l’églantine récompense les sonnets ; le souci couronne les églogues, idylles, élégies et ballades ; l’œillet est un prix d’encouragement et enfin le lys est remis aux meilleurs hymnes à la Vierge. Les différents jouteurs doivent s’exprimer en langue d’oc, la langue du Midi toulousain. En 1694, le roi Louis XIV accorde à la compagnie le statut d’Académie et remplace la langue d’oc par le français.

 

LIRE AUSSI → La Tulipomanie : de la bulle spéculative à la vanité florale

 

Au milieu du XIVe siècle, parmi les lauréats, figure le comte de Foix-Béarn, Gaston III, le célèbre prince et poète, Gaston Fébus. De nombreux grands auteurs français seront récompensés, comme Pierre de Ronsard, Voltaire, le jeune Victor Hugo qui reçoit à 17 ans l’un de ses premiers prix, Chateaubriand ou encore François Fabre d’Églantine.

Aujourd’hui, l’Académie des Jeux Floraux existe toujours et se situe à l’hôtel d’Assézat à Toulouse. Chaque année le 3 mai, les auteurs des meilleures poésies françaises et occitanes sont récompensés. Le jouteur qui reçoit 3 fleurs obtient le titre de « maître des jeux ».

 


Vous avez apprécié l’article ? Aidez-nous en adhérant ou en faisant un don !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
19 + 24 =


RSS
Share
Instagram