«Le Canon français» : une cause au secours du patrimoine français

L'équipe du Canon français en pleine dégustation.

Quatre amis se sont lancés dans une aventure solidaire. « Le Canon Français », est une nouvelle plateforme collaborative pour promouvoir des vignerons et restaurer le patrimoine français.

 

Géraud, Joseph, Victor et Pierre-Alexandre sont quatre amis aux parcours professionnels très différents. Deux passions les unissent : le vin et le patrimoine. Ils viennent de créer lecanonfrancais.com, une plateforme collaborative pour venir en aide aux vignerons et à la restauration du patrimoine.

 

« Un vin – Une cause »

« Le Canon Français » repose sur un principe simple : un vin, une cause. « Tout a commencé lors du premier confinement », explique Victor de Moulins, co-fondateur de la plateforme. « À ce moment, nous nous demandions comment nous pouvions aider nos vignerons ». Après de nombreux échanges, le projet se structure et les quatre amis décident de reverser une partie des bénéfices à une cause patrimoniale.

« Le vin est sélectionné pour une courte période et est associé à un projet en lien avec le patrimoine », continue Victor. « Nous souhaitons que 15% des bénéfices des ventes de ces cuvées spéciales soient ensuite reversés à une cause historique. »

 

Une « Gargouille » pour le Fort de la Pointe de Diamant

Pour son lancement, l’équipe du Canon Français a choisi de mettre à l’honneur le vigneron bordelais François Dubernard, qui cultive ses vignes des côtes de Bourg et de Saint Emilion depuis une trentaine d’années. À cette occasion, il a créé une cuvée spéciale : « La Gargouille ». « L’intérêt de ce vin est aussi de faire découvrir de nouvelles choses pour sortir des sentiers battus que l’on peut voir dans les supermarchés », témoigne le co-fondateur. Le nom de cette première cuvée-cause a été dévoilé le 3 décembre 2020. La cause, quant à elle, a été choisie en partenariat avec l’association « Arcade » qui envoie des bénévoles sur des chantiers de restauration patrimoniaux.  

« Les bénéfices serviront à restaurer le Fort de la Pointe de Diamant dans la Haute-Marne, un fort du XIXème siècle, pour lequel son propriétaire, Jean-Rémy Ribout, se bat depuis une dizaine d’années », développe Victor. Plus connu sous le nom de fort Defrance, ce joyau militaire a été achevé en 1877, soit peu de temps après la guerre franco-prussienne. M. Boulanger, alors ministre de la guerre, renomma ce fort « de France » en hommage au général de la Révolution et de l’Empire Jean-Marie de France.

« Dans l’avenir, nous n’excluons pas de travailler sur autre chose que le patrimoine comme l’éducation par exemple. Nous avons beaucoup d’idées ». Côte vignoble, « pourquoi ne pas faire un champagne l’année prochaine ? », s’interroge-t-il.

Dès la première journée, 200 bouteilles « La Gargouille » ont déjà été commandées.  Début très prometteur pour remplir son canon-cause. L’objectif du Canon Français est de vendre 1 500 bouteilles d’ici le 19 décembre 2020 !

« Deficiente vino, deficit omne »[1]

 

« La Gargouille » sur la partie la plus haute du fort de la Pointe de Diamant.

 


[1] « Si le vin manque il manque tout »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
20 − 17 =


RSS
Share
Instagram