Crise au Liban : un pays au bord de la révolution ?

Alors que la France s’efforce de sortir de la crise du Covid-19, le Liban, pays relativement épargné par ces tracas, s’enfonce peu à peu dans une dynamique tragique de paupérisation due à une crise économique majeure. En effet, depuis la fin de l’année 2019, le Liban fait face à un effondrement de son économie entraînant la fermeture des banques et l’appauvrissement le plus total d’une majeure partie de la population. Une véritable révolution se profile dans ce petit état du Proche-Orient.

 

Les origines de la crise : le 17 octobre 2019

Depuis quelques années déjà, les fractures socio-économiques se creusent entre les membres de la population libanaise. Quand 1 % de la population amasse plus de la moitié des richesses générées par le pays, le reste de la population vit sous le seuil de pauvreté, souffrant des difficultés d’accès à l’eau potable, à l’électricité, voire même à un toit. Le chômage grimpe en flèche et la corruption au sein des instances dirigeantes du pays se multiplie. Le Liban est de plus touché par des sanctions économiques américaines visant à affaiblir le Hezbollah. Dans ce contexte catastrophique, le 17 octobre 2019 voit commencer une série de protestations, nommée aujourd’hui la Révolution du 17 octobre, contre le gouvernement libanais. Le but de ces protestations est de renvoyer les pontes de l’État ne parvenant pas à enrayer la pauvreté et prenant des mesures pour le moins contestables. En effet le gouvernement prélève de nouveaux impôts notamment sur l’essence, le tabac et plus étonnamment sur l’utilisation de l’application d’appel en ligne Whatsapp alors que la pauvreté s’est déjà durablement installée. Dès lors, les manifestants demandent sans relâche la démission du Président, du Président du Conseil des ministres (équivalent du Premier ministre) et la tenue d’élections législatives anticipées. Ces manifestations voient défiler plus d’un million d’âmes pour un territoire qui ne compte que sept millions d’habitants.

 

LIRE AUSSI → Syrie : le retour en grâce de Bachar Al-Assad ?

 

Les premières conséquences de la crise

Treize jours après le début de cette crise politico-économique Saad Hariri (Président du Conseil des ministres) et son gouvernement tombent. Les banques déjà atteintes par la crise économique s’effondrent sous les diverses spéculations obscures de leurs banquiers. Celles-ci ferment à travers le pays laissant le peuple, dépossédé des derniers biens qu’il possédait, se morfondre dans sa nouvelle misère. Certaines banques sont aussitôt incendiées, détruites, mais les richesses ne sont déjà plus là. La livre libanaise est dépréciée tandis que les prix ne cessent d’augmenter (50 % d’inflation). L’entraide devient la règle dans un pays où même les hôpitaux, en temps de crise sanitaire, ne peuvent plus se fournir en médicaments pour venir en aide à leurs patients. Depuis lors, 45 % de la population vit sous le seuil de pauvreté dans ce qu’il reste de la Suisse du Proche-Orient.

 

LIRE AUSSI → Israël et les pays arabes : une normalisation des relations de plus en plus officielle

 

L’évolution actuelle et future du Liban

Le nouveau Président du Conseil des ministres Hassan Diam affirme qu’il va faire tout ce qui est en son pouvoir pour arrêter la dépréciation de la monnaie. Pour autant celui-ci déclare aussi que « les ressources du Liban sont limitées et qu’une réponse sur le plan national ne suffira pas ». Mais l’aide que semble espérer Hassan Diam n’est pas sur le point de venir selon la députée Paula Yacoubian qui indique au journal L’Orient-Le Jour que « le Liban ne recevra pas d’aide financière, ni du Fonds monétaire international, ni de la conférence CEDRE ». Tandis que l’argent ne rentre pas dans les caisses étatiques, le Liban va très probablement devoir faire face à une crise alimentaire.

 

LIRE AUSSI → La guerre russo-afghane : un Viêt-Nam soviétique aux conséquences funestes

 

Ainsi le Liban semble s’engager dans une voie de non-retour. Tandis qu’une partie de la population, trop pauvre, va être dans l’obligation d’émigrer ; une autre va devoir faire face aux futures inclinations politiques de ce pays. Les manifestations violentes tenues au Liban laissent déjà cette nation endeuillée par de nombreux morts et blessés. Si le risque de la guerre civile semble s’éloigner du fait du regroupement des ethnies maronites, sunnites et chiites autour d’un même but, à savoir la destitution d’un gouvernement, la révolution, elle, se profile de plus en plus. La question n’est pas de savoir si la situation va dégénérer mais quand ?

Laisser un commentaire

RSS
Share
Instagram